Daniel LE TESSIER P 57, Agriculteur

Un itinéraire hors du commun :

Daniel est Briochin. C’est dans la capitale du Penthièvre  qu’il a grandi. Son père Marcel y était fonctionnaire de police, en charge du parc automobile de son unité. Souvent, le dimanche matin, le petit Daniel accompagne son papa au garage. Il se promène au travers des véhicules démontés ou en attente de réparation. C’est en ces lieux  que naîtra son appétence pour la mécanique. Le 5 janvier 1968 Daniel quitte St Brieuc, il vient d’avoir 16 ans. Accompagné par son père, il débarque  à l’école de Saintes. Daniel reste assez discret sur sa scolarité, puis son passage à Rochefort , d’où il sort breveté 51-64 (avion-propulseurs) en septembre 1970.

C’est à la B.A 279 de Chateaudun que commence véritablement son parcours. Il se retrouve sur Mirage V. A cette époque, au lendemain de la guerre des 6 jours, De Gaulle avait prononcé un embargo sur les armes destinées à Israël. Ainsi une vingtaine de Mirages tout neufs destinés à l’état Hébreu, propriété de la « Générale Aéronautique Marcel Dassault »  sont « stockés » au Poulmic de Chateaudun sous tente anhydre. Nous sommes alors en 1971. Décision ministérielle est prise d’affecter ces aéronefs à l ‘Armée de l’Air. Mission est donc donné au groupe auquel appartient Daniel de configurer ces Mirage aux normes françaises (la signalétique était en hébreu). C’est au sein de cette unité que Daniel s’éclate dans son nouveau métier.

Le week-end, l’appel de la Bretagne, l’air tonique au bout du monde, la mer, se font de plus en plus pressant . Daniel fait la navette avec sa toute nouvelle Opel Kadett Rallye 2 entre St Brieuc et Chateaudun. Le samedi soir, avec son petit bijou, l’arpète, de retour au pays,  fait la tournée des bals du coin.

1969_Opel_Kadett_Rallye_1_1

Opel Kadett Rallye II

Le  déclic :

 C’est du côté de Plédran qu’il rencontre Marie-Claire.  Une idylle naît. Les 2 jeunes gens se verront de plus en plus souvent . Peu à peu, elle fait découvrir à Daniel un monde qu’il ne connaissait pas…

En effet, à partir de la fin de la seconde guerre mondiale, l’agriculture bretonne est passée d’une agriculture de subsistance à une agriculture de production. Sa mission:  approvisionner les populations   en produits alimentaires en quantité et à faible prix.

C’est dans ce contexte que s’inscrit Marie-Claire lors de sa rencontre avec Daniel. Elle est déjà très engagée dans le militantisme agricole au travers des G.V.A.(Groupement de Vulgarisation Agricole). Les parents de Marie-Claire sont installés comme agriculteurs légumiers à Pleubian .

Daniel et Marie-Claire  se marient en juin 1974. Daniel continuera à faire la navette entre Chateaudun et Pleubian  jusqu’au 5 janvier 1975 date de son départ de l’Armée de l’air. Son amour pour Marie-Claire  a fait  de lui un paysan…

Port de Pleubian

Port de Pleubian

Le jeune couple s’installe à Pleubian .commune bordée par la Manche et l’archipel de BREHAT et le fameux sillon de Talbert. Cette côte constitue sa façade maritime. Elle est baignée par le « Gulf Stream » .Pleubian totalise/  2 744 habitants.

Les belles années :

Très vite, notre arpete-paysan se distingue des autres par son esprit d’entreprise. « Boosté » par  son épouse, il s’engage dans le militantisme agricole, Daniel s’intègre dans le monde rural. Il entre dans l’organisation du Comice Agricole de son canton.

De leur union, naîtrons 3 enfants: Emmanuel en 1976 , Nathalie en 1978 puis Valérie en 1980 et aussi 6 petits enfants.

Passionné de machinisme agricole, son vécu de mécanicien aéronautique lui sera d’un grand secours dans la conception et la réalisation de nouveaux outils. Ainsi, il construit un enrouleur de bâche plastique perforée (500 trous au m2)  Cet équipement permet de recouvrir des plantations. Ce dispositif accélère le mûrissement, par exemple celui des pommes de terre… et de permettre aux légumes d’être en primeur sur le marché avant que la production ne soit trop forte.

Daniel et son tracteur

Daniel est un homme heureux : sur son tracteur il écoute chaque jour « Radio Bonheur, » la radio des Agriculteurs… Chaque année Daniel se rend au SIMA (Salon Interprofessionnel du Machinisme Agricole) .Il devient président du Comice, fonction qu’il assurera jusqu’à l’âge de la retraite.

N.D.L.R. Le SIMA est un salon consacré au machinisme agricole. Anciennement appelé Salon international du machinisme agricole, il se nomme désormais Mondial des Fournisseurs de l’Agriculture et de l’Élevage. Il s’agit d’un salon s’adressant exclusivement aux professionnels des métiers (à la différence du Salon international de l’agriculture qui cible le grand public).

Le SIMA tient une place historique sur le marché du machinisme agricole puisqu’il voit le jour en 1922. Initialement organisé tous les ans au Parc des Expositions Porte de Versailles, c’est en 1992 que le salon se déroule à Villepinte pour la première fois.

Prince de Bretagne

Prince de Bretagne

Leur production légumière, ils l’écouleront au sein de l’U.C.P.T.(Union Coopérative de Paimpol et Tréguier) dont dépend Prince de Bretagne marque déposée . Cette appellation vise à valoriser les productions légumières de la Ceinture doré bretonne en leur donnant un label régional. Ce label est utilisé aujourd’hui par six coopératives membres de l’association d’organisation de producteur. L’export pèse autour de 30% des volumes produits avec une destination majeure: l’Allemagne.

Pour leur engagement, tous deux seront reconnus par leurs pairs: Marie-Claire est aujourd’hui « Officier du Mérite Agricole », Daniel : « Chevalier ».

Cet enthousiasme pour la culture, c’est avec son épouse qu’il le partage ; D’ailleurs, elle n’est jamais bien loin dans cette vie de travail. C’est un femme active capable de faire des choix, ce qui ne l’empêche de participer à certaines activités culturelles comme la Chorale.

Désormais à la retraite, Daniel est aussi un homme qui a su transmettre, avec la complicité de Marie-Claire,  son savoir à la jeune génération. Ainsi, il a passé le relais,  à 2 de ses enfants.

Son fils Emmanuel a repris  l’exploitation familiale. Il lui a adjoint une unité de production laitière, tout en continuant l’activité légumière. De son côté, Nathalie avec son mari a monté une exploitation  de production hors sol sous serre: tomates , fraises et autres légumes.  Le couple fait travailler aujourd’hui une quinzaine  de personnes. Quant à Valérie, attirée par les structures européennes, elle est installée aujourd’hui au Luxembourg.

L’heure de la retraite :

Dès sa première année de retraite, Daniel s’est engagé au  sein de l’association « Arpète Toujours-Bretagne » : Il n’hésitera pas à faire venir à Pleubian, ses amis arpètes bretons.

Son implication  au sein de l’U.C.P.T nous permettra de  visiter le marché au cadran de Paimpol (entièrement informatisée) et l’après-midi le site de Lédénez, (Pleumeur-Gautier) avec ses 60 000 m2.  C’est  l’un des plus grands sites de conditionnement de légumes en France. La phase de conditionnement permet de préparer les légumes récoltés, après leur vente au marché au cadran. C’est une station de pointe dotée d’outils de triage et d’emballage dernier cri.  25 tonnes par heure sont traitées.  40 personnes y sont employées,140 producteurs y livrent quotidiennement.

musée devoir de memoire_1

Son devoir de Mémoire

A sa façon Daniel fera aussi son devoir de mémoire. Avec une poignée de copains, ils s’engage dans une association : « Association mémorial Américain » Leur but ; installer un musée

L’histoire : le 29 mai 1943, la forteresse volante américaine B 17 Yardbird s’écrase près du manoir du Launay, à Pleubian. Un ancien de l’aéronavale, et une poignée d’amis créent un musée consacré à ce type d’avion. Ils y exposent de nombreuses pièces d’origine : radio, compas, bobine de détresse (ancêtres des boîtes noires),récepteur, émetteur, etc. Le cockpit du B 17 y est reconstitué. Des photos et des cartes rappellent la dernière mission des aviateurs américains : le bombardement de la base sous-marine de Saint-Nazaire…  qui se termine tragiquement à Pleubian. Sur les dix hommes d’équipage, deux périrent. Les huit autres furent libérés en 1945.

Sa petite entreprise:

Son nouveau statut de retraité n’a pas altéré le sens de l’observation de « Danny », mieux encore, son bon sens paysan fait le reste. Daniel avait remarqué que lors de l’organisation des comices agricoles en pleine nature se posait le problème d’installer des toilettes notamment  pour la gente féminine.

Il a alors eu  l’idée de réaménager une remorque de chantier ; ce qui lui a valu tout un hiver de travail. Libre à lui de la déplacer, au fil des manifestations, en fonction des demandes.

Extérieur Toilette mobile

Extérieur Toilette mobile

Fervent partisan des toilettes sèches, Daniel a l’idée de les monter sur roues pour les déplacer au gré des sites et manifestations . Il s’est donc tourné vers un public de particulier ou d’associations organisateur de fêtes ou rassemblements en plein air. Avec une prestation canon :

– accessibilité aux personnes à mobilité réduite (en fauteuil).

– possibilités de stationner sur tous types de sol : bitume, terre de plein champ, ciment.

– utilisation   la nuit avec éclairage intérieur et extérieur.

– Fourniture des ingrédients : la sciure ; le papier.

– Un distributeur de solution hydroalcoolique fait office de  lave main.

– mise en place par ses soins.

– tarification au kilomètre et prestation à la journée.

Intérieur Toilette mobile

Intérieur Toilette mobile

Avec en plus une déco qui sort de l’ordinaire.

Avec cette nouvelle activité, Daniel a agrandi son rayon d’action au département.

C’est ainsi qu’il a ciblé les fêtes en plein air et les manifestations sportives (trails). Il a même modifié son attelage pour pouvoir accéder sur tous les sites rapidement Son tracteur Fendt fait maintenant la pause dominicale.

Un 4X4 Opel Frontera a pris la relève du tracteur  (Daniel est un inconditionnel de la marque y compris pour ses autres véhicules).

Pour sa communication, notre « Arpète » se mue en « Danny » Vous le retrouverez très  facilement sur le site « le Bon Coin » :

LE BON COIN : Location toilettes seches

Le  « petit plus »  où il fait bon vivre:

Plage de Pleubian Kermagen

Plage de Pleubian Kermagen

Enfin, à Pleubian, la côte n’est jamais bien loin. En Bretagne qui dit mer, dit beauté des paysages, tourismes  et séjours.

Si le cœur vous en dit, à quelques pas de la côte,  Marie-Claire et Daniel, vous accueilleront dans leur gîte douillet de Kermagenniché sur le haut de la falaise.

Pour info, entre les rochers et les plages de sable fin, on s’y baigne jusqu’au  15 octobre à l’abri des vents.

Contact : 0686168506

Ainsi va la vie, entre terre et mer, chez nous en Bretagne.

Contact : 0686168506

Dominik HERMOUET P53