Patrick SIMOND 1

Patrick SIMOND

Un peu d’histoire : La base aérienne 722 est située sur la commune de Les Gonds. La sortie du livre blanc sur la Défense préconisait la fermeture de la Base Aérienne de Saintes au profit de celle de Rochefort «La B.A .722 n’ayant plus d’activité opérationnelle, il était conseillé de la fermer et de rapatrier les élèves de l’EETAA sur la base de Rochefort»

 A voir: http://www.lesgonds.fr/fr/information/12598/historique-eetaa-722

Dès son élection à la mairie de Les Gonds en mars 2008, Patrick SIMON (P 43), fait voter une motion pour le maintien de la base par son conseil mais aussi par l’ensemble des communes formant la communauté de communes de Saintes, soit 19 communes. Beaucoup d’autres communes se joindront également à cette motion. Le 11 avril 2008, Patrick demande une audience au ministre des armées.

Le jeudi 22 mai 2008, il est reçu par Hervé Morin alors Ministre de la défense et par son chef de cabinet. Après avoir exposé son argumentaire sur les atouts de l’EETAA, le chef de cabinet civil Alain Marc le rassure. Il lui signifie que la base de Paban ne serait pas touchée par les fermetures en cours au sein de l’Armée de l’Air. En juillet, le chef de cabinet Alain Marc appelle le maire des Gonds et il lui confirme officiellement le maintien de la base. Le 24 juillet 2008, lors d’une cérémonie de présentation au drapeau, organisée sur la commune de Les Gonds, Patrick annonce la bonne nouvelle.

Mais qui est donc Patrick SIMON? Né à Périgueux le 30 avril 1946, enfant unique, son père est gendarme. Sa mère est au foyer comme on dit à l’époque. Les premières années de sa vie se passent en Algérie, dans le district Oran / Colomb-Béchard à Thiersville puis à Aïn-Séfra jusqu’en 1959. Puis Il vivra chez ses grands parents (tailleur à Périgueux Dordogne) avec sa mère jusqu’à l’indépendance de l’Algérie. Son père est alors muté à Mussidan (24).

Après les années collège, Patrick passe le concours d’entrée aux Arpètes en 1962. Il entre à l’école en mars 1963 (P 43). C’est alors un adolescent plutôt costaud : 103 kilos pour 1m 92. Son premier cycle est difficile. Au bout de 3 mois, Patrick ne pèse plus que 78 kilos, il a faim… ! Avec une morphologie bien adaptée au rugby qu’il pratiquait à Mussidan, les premiers mois à l’école lui sont psychologiquement pénibles.

La maladie et le décès de sa maman, sera douloureux pour lui avec une situation nouvelle loin du domicile familiale. Patrick cherche des repères en fréquentant l’aumônerie avec le père Juhel, surtout en soirée.

Patrick pense à Nicole

Lors de la première permission à Mussidan, il renoue avec sa petite bande et rencontre Nicole la fille du boulanger (1). Ils s’écrivent tous les jours. Un amour fou qui perdure encore aujourd’hui.

Il sort de Saintes en mars 1965. (1) Patrick reste discret sur cette période. Un an plus tard, il sort de Rochefort 52-82 (électricien bord) dans les premiers de sa promotion.

  1. Lorsqu’il était arpète, Patrick donnait un coup de main à la boulangerie familiale. Quelques années plus tard, fiancé avec Nicole, à plusieurs reprises, il remplacera les ouvriers absents alors qu’il était en permission

Le 22 juin 1966 à Mussidan, Patrick et Nicole se marient. Ils ont eu deux enfants, un garçon et une fille : le garçon a continué la lignée de militaire, capitaine de corvette dans le personnel navigant de l’aéronavale sur l’Atlantic 2, l’Awacs (base d’Avord, Armée de l’air) et le Hawkeye (sur le porte-avions Charles de Gaulle), la fille a fait des études d’ingénieur en aménagement du territoire. Aujourd’hui la famille s’est agrandie avec 4 petits enfants.

Patrick SIMON Germas vautour

L’équipe du Germas de REIMS

La première affectation : De 1966 à 1973 il est affecté à la base de REIMS sur Vautour au «Germas» C’est à cette période que Patrick pense à accéder à l’épaulette ;

Lors de son passage à Reims : il s’inscrit au CNAM (centre national des arts et métiers) en Mathématiques et sciences physiques afin de se préparer pour le concours à l’école militaire de l’air.

Patrick passe 2 fois l’examen des EOA avec succès à l’écrit en 1971 Reims et en 1973 à Saintes. A l’époque, le ministère privilégie le personnel navigant pour le passage au corps des officiers. Patrick comprend alors qu’il ne sera pas officier.

Éducateur à l’écoute des arpètes : Après un stage de formation en psychologie, il devient «éducateur». A l’époque, ce stage se déroule dans un hôtel à Châtellaillon. Patrick revient donc à Saintes comme éducateur. Il y découvre les premières classes sélectionnées de seconde et première car à l’époque on ne passe pas le bac. Il habite alors les logements militaires des Boiffiers et n’hésite pas à accueillir lors du week-end, à son domicile des arpètes ayant des situations familiales difficiles.

Une soif de toujours plus de connaissance : Patrick suit alors une formation à Chambéry de Maître instructeur et sort major de promo. Cette formation concurrence alors celle des «P.T.A» (Professeur Technique Adjoint). Formation qui lui permettra de revenir à l’école d’enseignement technique de l’armée de l’air de Saintes. Pendant cette période il obtiendra son BS.

De 1976 à 1986, une mission enthousiaste de modernisation des programmes au sein du CEAA. II y enseigne les maths et puis dans le cadre de la rénovation des programmes il va moderniser les travaux pratiques en y intégrant des éléments en lien direct avec l’aéronautique.

En effet, à la demande du colonel, il contacte et se rend dans les IUT de mesures physiques de l’éducation nationale et dans les entreprises de matériels de mesures de vibration, de température…etc., ce qui le conduit à introduire dans les laboratoires tout ce qui en termes de lois de mesures physiques, vibrations, températures…. est concrètement applicable à l’aéronautique.

Patrick lors de la visite d'un général

Patrick (le plus grand au fond) donne les explications lors de la visite d’un général

Il devient alors le responsable des laboratoires de Saintes. En tant qu’adjudant chef, il a 3 collaborateurs, 2 adjoints + un sergent ainsi que des ingénieurs appelés du contingent. Il met également en place des supports de cours pour les profs. Cette période représente pour Patrick un excellent souvenir tant sur le plan du challenge de la rénovation des laboratoires que sur le plan des résultats.

Patrick a été récompensé pour son travail, en obtenant la médaille de bronze de l’enseignement technique par le ministère de l’éducation nationale, de la recherche et de la technologie «académie de Poitiers»

Tournage d'un film musee de la marine en metteur en scene

Tournage d’un film : Patrick, metteur en scène.

Rochefort : de nouvelles missions mais toujours dans le domaine pédagogique : Patrick est ensuite muté en 1986 à Rochefort après un bref séjour à l’escadron matériel sol «Mat-sol», il entre au centre d’élaboration des supports de cours imprimés et télévisuels du commandement des écoles de l’armée de l’air. C’est un travail très intéressant, de la conception à la réalisation de films pour les différentes formations de l’armée de l’air, ainsi qu’au titre de la communication et de l’information. Par exemple, il réalise plusieurs vidéos notamment sur le musée de la marine ou encore sur le service de pensions des armées. Pour acquérir cette compétence il a suivi une formation de concepteur et de réalisateur à l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) de Paris.

Patrick devient le collaborateur direct du lieutenant-colonel qui commande le centre pédagogique de l’armée de l’air. Il termine sa carrière au centre pédagogique de l’armée de l’air où il a la charge de la gestion de ressources humaines, financières et matérielles du centre, avec la mission de mettre en place une comptabilité analytique pour le centre.

 En 1996, il quitte l’armée de l’air avec le grade de major (ER).

Les années civiles.

Une carrière de conseiller d’orientation professionnelle : A sa sortie, il entame une formation à Bordeaux sur les «Techniques de recherche d’Emploi, de construction et de validation d’un projet professionnel». Contacté par un cabinet de ressources humaines et de formation, il devient conseiller d’orientation professionnelle de septembre 1996 à mai 2006 pour le Pays de Cognac. Patrick avait pour missions l’information, l’orientation, la formation et l’accompagnement de personnes en recherche d’emploi ou en réorientation. Dans le cadre de ses activités de conseiller en orientation personnelle et professionnelle, il a accompagné, chaque année, grand nombre de personnes. En réalisant des bilans de compétences il a permis à chaque participant, d’élaborer une stratégie visant à une insertion professionnelle satisfaisante en obtenant de bons résultats. Cela a permis à plus de 50% des stagiaires de trouver des solutions immédiates (CDI, CDD et formation).

Et aussi, il a eu en charge l’élaboration et la mise en œuvre d’une formation destinée aux jeunes en situation d’échec scolaire, sans diplôme, et en recherche d’emploi depuis plus d’un an. Il a obtenu de très bons résultats, en permettant au plus grand nombre d’entrer en formation qualifiante ou en reprise d’emploi après avoir réussi un stage dans l’entreprise. D’autre part, Patrick a animé le club des chercheurs d’emploi s’adressant aux jeunes primo-demandeurs d’emploi diplômés (du BTS au diplôme d’ingénieurs) en les préparant à la prospection d’entreprises, ce qui a permis à chacun d’accéder à un premier emploi (CDD, CDI, intérim). De plus, il a été chargé de l’accompagnement vers l’emploi des salariés en contrats aidés, en les amenant a mieux se connaître et en les préparant à la recherche d’emploi, là aussi le travail accompli permettant à 73% de personnes de retrouver un emploi. Pour acquérir toutes ces compétences, Patrick a suivi plusieurs formations à l’éducation des choix professionnels, de psychologie du travail à Poitiers

Le Maire des Gonds accueille le Commandant de l’Ecole

 A partir de 2001, un mandat d’élu toujours renouvelé : En 2001 il est élu à la Mairie de Les Gonds et devient adjoint chargé de l’urbanisme et de l’économie. Il s’investit pleinement dans ces nouvelles tâches qui lui permettent d’allier ses capacités d’organisateur, de pédagogie dans la conduite des dossiers à son sens du social en essayant de résoudre les difficultés de ses administrés.

En 2008, à 62 ans, Patrick monte sa liste face à une autre liste dont la tête de liste est un fonctionnaire territorial : il remporte cette élection avec un bon score et toute sa liste est élue. Dans le même temps il est élu à la communauté de communes (19 communes) 35 000 hab. en qualité de vice président en charge de l’aménagement, de l’habitat et du développement durable.

En mars 2014 il est réélu aux municipales malgré une liste d’opposition menée par son premier adjoint. Patrick est élu maire : un score sans appel face à son ex 1er adjoint, un des meilleurs score du département avec presque 71,96% pour sa liste.

Il entre alors à la communauté d’agglomération de Saintes (36 communes) 60 000 hab., Patrick est élu vice-président en charge de l’aménagement du territoire.

C’est une nouvelle mission exaltante qu’il remplit avec enthousiasme sans compter son temps et sans parti pris.

Dominik HERMOUET (P 53)

Président de la section AETA bretagne