L’AETA a proposé aux arpètes bretons une sortie à l’île de Bréhat

le 21 juin 2017.

Rendez-vous était fixé à 10h15 aux 22 inscrits, dont 15 arpètes, au parking de l’embarcadère de la Pointe de l’Arcouest à Ploubazlanec.

Nous avons embarqué sur une des vedettes qui assure la traversée vers « l’île aux fleurs », comme Bréhat est surnommée, sous un très beau soleil en ce premier jour de l’été.

Fig1. Embarquement pour Bréhat

A notre arrivée sur l’île, après une « croisière » d’une dizaine de minutes,  un petit « train » attendait les personnes ayant des difficultés pour marcher, le centre du bourg étant assez éloigné du quai de notre arrivée cale 3 (quai différent selon la marée).

Fig2. Arrivée à Bréhat , cale 3: le petit train.

Le petit train comme vous le constatez est en fait une remorque carrossée équipée de sièges, tirée par un tracteur, et dont le conducteur est un sympathique nénesse !

Il assure également les fonctions de taxi et de ramassage scolaire m’a-t-on dit. En effet, il n’y a pas de voitures sur Bréhat.

Nous avons rejoint le centre du bourg à pied pour la plupart d’entre nous, pour nous retrouver au restaurant Enez-Vriad (« île de Bréhat » en breton), réservé suite à une pré-visite sur place par notre président de section Dominik Hermouët et son vice-président Daniel Le Tessier.

Accueil sympathique par les propriétaires, installation à table, petit discours de Dominik qui demande aux nouveaux de se présenter et qui rappelle les prochains rendez-vous de la section.

Fig3 et 4. Le groupe attentif aux paroles du président, qui met l’accent aussi sur les actions de solidarité de l’AETA.

Après ce très bon repas, le groupe se divise en deux pour faire la visite de l’île en petit train, d’une durée d’environ 50 minutes, la voiture ne pouvant transporter qu’une quinzaine de personnes.

Nous découvrirons l’île, aux ruelles étroites, et il faut toute la dextérité de notre chauffeur nénesse pour se faufiler entre les murs de pierre et épargner les touristes à pied !

Fig 5 et 6. Les deux groupes visitant l’île à tour de rôle dans le petit train.

L’activité économique de Bréhat repose principalement sur le tourisme ; sa population passe de 400 habitants en hiver à plus de 5000 l’été. Les vedettes transportant parfois 6000 personnes par jour, et pas seulement pendant les mois d’été.

Après avoir étanché notre soif en attendant le retour du second groupe, la marée étant haute, il est temps de rejoindre la cale numéro 1 pour embarquer pour le continent.

Fig 8. La cale 1 pour notre embarquement

 Fig 9. Retour plein gaz car il y a du monde !

Arrivés à bon port, toujours sous un chaud soleil et par mer calme, nous prenons une photo de groupe…et constatons que 3 des nôtres ont pris la vedette suivante !  Ils ont en fait respecté la consigne d’heure d’embarquement que nous avions fixée. Alors, bien sûr, ils ne sont pas sur la photo.

Fig 10. Le groupe comprenait : Charles AMAURY(P9), Gilbert AUTRET(P46) et Mme, Stéphan COQUET(P65) et Mme, Réginald DUBOIS(P41), Louis GUILLOU(P29), Dominik HERMOUET(P53) et Mme, Jean-Jacques JOURDAIN(P52) et Mme, Bernard LE BOURDONNEC(P10) et Mme, Pierre LE GUERN(P57) et Mme, Daniel LE TESSIER(P57), Hervé LE VOT(P36), Jacques MOREL(P52), Raymond PENCALET(P14), Yves RAYMOND(P48) et Mme, Pierre TESSIER(P56).

Lors du départ, certains ont décidé de revenir un jour visiter l’île à pied cette fois, et Jean-Jacques, venu des Charentes en camping-car,  trouvant la Bretagne vraiment belle sous ce soleil, décide de prolonger son séjour dans la région.

Tous garderont de cette magnifique journée un très bon souvenir, heureux d’avoir eu cette occasion de se retrouver entre arpètes ou, pour les nouveaux venus, de faire connaissance avec leurs collègues de la section locale. Et merci aux « gentils organisateurs» pour cette sortie à Bréhat !

 

Jacques MOREL (P52) secrétaire de la section Bretagne