Qu’est-ce qu’être arpète ?

C’est faire le choix de s’engager très jeune au service de la nation pour répondre aux enjeux géopolitiques et militaires et participer à la sécurité du pays et du monde…

Qu’est-ce qu’être citoyen ?

C’est prendre conscience des responsabilités, qu’il incombe à chaque Français, de connaître, de faire vivre et pour garantir les institutions républicaines…

Pour donner du sens à ces enjeux majeurs, il faut les incarner dans des expériences concrètes et immersives. Tel est l’objectif du projet Arpète-Citoyen mis en œuvre au sein de l’École d’Enseignement Technique de l’Armée de l’Air de Saintes en cette année 2017-2018 à travers la sortie pédagogique organisée en région parisienne du 23 au 25 février dernier.

Être arpète, c’est se destiner à servir au sein des forces aériennes françaises. Or beaucoup d’Élèves Techniciens de la P150 ne s’étaient pas encore rendus sur une base de l’armée de l’air.

En cela, la visite de l’Escadron de Soutien Technique Aéronautique (ESTA) de la base aérienne de Villacoublay, le vendredi matin, a parfaitement répondu à leurs interrogations et à leurs attentes. En témoignent  les échanges fructueux avec le commandant en second de l’escadron qui leur a présenté les missions de l’ESTA.

Immersion confortée par la rencontre fortuite d’un arpète de la P146, qui fier de son parcours et de l’École leur a donné ses conseils et s’est présenté déjà comme leur parrain…

Puis ce fut au tour de l’escadron d’hélicoptères FENNEC de faire connaître ses objectifs, ses matériels, ses personnels.

Dimension militaire, mais aussi citoyenne. Le séjour a donc pris une épaisseur institutionnelle quand les arpètes ont franchi les portes des lieux de pouvoirs les plus symboliques de la République : l’Élysée et l’Assemblée nationale…

Fiers de représenter l’École, c’est avec honneur et discipline, qu’ils ont pu accéder aux salons de la présidence de la République après avoir traversé la cour d’honneur et sacrifié à la traditionnelle photo sur les marches du perron.

Parmi les moments forts de cette visite, l’entrée des élèves rue du Faubourg Saint-Honoré sous le regard ébahi des touristes, le vestibule et sa sculpture « Hommage à la Révolution française », le salon des Ambassadeurs où se tient le conseil des ministres et la salle des fêtes. Pourtant leur curiosité n’a rien cédé à la solennité des lieux : en témoignent leurs conversations animées avec leur guide, un militaire attaché à la sécurité présidentielle et avec un garde républicain rencontré sous les lustres élyséens.

Présentation de l’Assemblée nationale par Romain LEGRAND

Le lendemain, les élèves ont découvert l’Assemblée nationale, où se décident les orientations militaires du pays, et notamment l’hémicycle, endroit emblématique du principal siège du

pouvoir législatif républicain.

Être citoyen c’est aussi être l’héritier d’une histoire et d’une culture reconnues dans le monde entier.

Se trouvant au cœur du creuset civilisationnel qu’est la capitale, les arpètes ont donc traversé la perspective historique de Paris depuis la place de la Concorde au-delà des Champs Élysées, vers le musée du Louvre, son carrousel, sa pyramide et sa cour carrée… pour se diriger ensuite vers le cœur historique de la Cité rassemblé autour des monuments symboliques que sont la conciergerie, le Palais de Justice, Notre-Dame.

Leur parcours s’est achevé au théâtre du Petit Montparnasse pour assister à la représentation de la pièce « Adieu Monsieur Haffmann » dont l’action se déroule à Paris aux heures sombres de l’occupation nazie. Sur un registre tragicomique, l’intrigue incitait à réfléchir sur l’engagement citoyen et le courage individuel, la défense des valeurs démocratiques face à l’oppression. Tous les élèves en ont saisi la profondeur du message.

Le dernier jour fut consacré à l’Hôtel des Invalides. Certes la visite de l’Historial Charles de Gaulle et des salles consacrées aux deux guerres mondiales du XXe siècle ont permis aux arpètes d’aiguiser leurs curiosités et de consolider leur enseignement. Mais c’est de manière inattendue qu’ils ont offert à tous le moment le plus intense, le plus grave et le plus solennel du séjour : en pénétrant dans la cour d’honneur des Invalides, ils se sont d’abord arrêtés pour observer une minute de silence en hommage à l’adjudant Gilles Meyer. Puis dans un instant empreint d’émotions leur voix entonnant la Marseillaise s’est élevée, résonnant comme un écho aux mânes de leur parrain de promotion.

Stéphane LE CRAS (P113) et Loïc CORNEVIN

 

Point de vue des élèves,  Arpète citoyen Paris

Le vendredi matin sur la base aérienne de Villacoublay, nous avons été accueillis par le commandant en second à l’ESTA2E.060 « Yvelines », puis par trois mécaniciens d’hélicoptère. Ils nous ont présenté les fonctions et les missions de l’Esta, ainsi qu’un canon de 20 mm utilisé sur Fennec, enfin un Super Puma de l’ALAT. Ce fut la première occasion, pour les ET présents, de découvrir et de prendre conscience des missions interarmées dans le cadre de la défense du territoire national.

Ensuite nous sommes allés à l’escadron d’hélicoptères EH 03.067 « Parisis », présenté par des pilotes et des tireurs d’élite. Nous avons pu assister au décollage d’un Fennec puis à la présentation des missions et des équipements de cet escadron. Dans cette optique, les tireurs ont simulé des positions de combat afin de montrer leurs contraintes durant les différentes missions.

Nous étions impressionnés par les démonstrations faites et nous nous projetions déjà sur base.

Le vendredi après-midi nous avons eu le privilège de franchir les portes de ce haut lieu du pouvoir français. Lorsque nous sommes entrés, nous avons été stupéfaits et subjugués par la splendeur de la façade et de la cour intérieure.

L’accueil de l’Adjudant, responsable de la sécurité présidentielle, était formidable, il était très intéressant, cultivé et passionné. A cet instant aucun de nous n’oublia que l’Elysée est le palais du chef de nos armées et du président des Français.

Le samedi après-midi nous avons été accueillis par Romain Legrand, attaché parlementaire de Monsieur Jean-Philippe Ardouin, député de Charente-Maritime. Il nous a présenté la salle de réception du Président de l’Assemblée. Puis nous avons vu la salle des Quatre Colonnes utilisée par les médias. Ensuite nous sommes entrés dans la partie basse de l’hémicycle, ébahis par ce lieu de pouvoir. Chacun de nous respecta alors le silence tant ce lieu est chargé d’histoire. Nous avons marqué la présence des Arpètes à l’Assemblée nationale par une séance photographique dans la cour, immortalisant ainsi cette visite formidable et exceptionnelle.

Le samedi soir nous avons assisté à la représentation d’une pièce de théâtre intitulée « Adieu monsieur Haffmann » au Théâtre du Petit Montparnasse. Mêlant humour, histoire et sentiments, cette pièce, la première pour certains, nous donna un autre point de vue sur la France occupée.

Notre mission se poursuivait dimanche matin avec la visite du Musée de l’Armée aux Invalides. En pénétrant dans la cour d’honneur, nous avons dédié une minute de silence en mémoire à notre parrain, l’Adjudant Gilles Meyer ainsi qu’à ses compagnons décédés à Albacete, suivie de la Marseillaise. Ce fut un grand honneur pour nous tous, et cela renforça notre volonté d’engagement. Suite à cela nous nous sommes rendus à l’Historial Charles de Gaulle. Puis nous avons parcouru les salles dédiées aux deux guerres mondiales, dans lesquelles nous avons pu nous plonger en détail grâce aux explications de Monsieur Bouhier… un moment marquant de l’histoire mondiale !

Ainsi sur de très bons souvenirs nous quittons les Invalides pour Paris, en chantant haut et fiers la Strasbourgeoise devant des touristes ébahis.

Un grand merci à nos cadres à l’initiative de ce projet « Arpète citoyen » ainsi qu’à tous ceux qui ont contribué à sa réussite en particulier M.Benoît DUFOUR (P81).

Camille, Boris, Vaihere et Loris, élèves tradition (P150)